• IFTTT, la recette pour une action en ligne et ses conséquences

    IFTTT, la recette pour une action en ligne et ses conséquences

    Si IFTTT n’a rien de nouveau, son utilité demeure, et pour cause. Pour les serial publieurs, il est parfois long et fastidieux de répéter la même action sur différentes plateformes, sites ou réseaux sociaux . La multiplication des réseaux (Tumblr, WordPress, Twitter, Facebook, Scoop-it…) et la volonté de communiquer le plus largement possible rallongent le temps de publication et de communication d’un même message… Mais IFTTT est là pour vous aider !

    Lancé officiellement en septembre 2011, IFTTT, qui signifie If This Then That, est un service qui permet de relier différentes applications et services entre eux et de les utiliser en fonction de paramètres spécifiques et définis par l’utilisateur.

    La recette (Recipe) consiste, à partir d’un élément déclencheur (Trigger) d’entraîner une action (Action). Une fois enregistrée, la recette s’applique automatiquement et peut être désactivée à n’importe quel moment.

    Par exemple, vous pouvez choisir de télécharger chaque photo de Facebook où vous êtes tagué sur votre compte Flickr ou recevoir un mail ou un sms pour en être averti.

    Autre exemple, une fois votre article sur WordPress en ligne, vous pouvez tweeter et publier un post sur Facebook pour avertir vos followers/fans.

    Evidemment, le service peut paraître incomplet dans la mesure où sur chaque plateforme vous pouvez avoir décidé d’adopter une communication spécifique, mais outre un gain de temps important, IFTTT est un outil plutôt efficace.

    En effet, autant automatiser certaines actions répétitives mais utiles (sauvegarde de fichiers, de photos, envois multiples…) et se faciliter la tâche !

    Par ailleurs, les possibilités sont quasi infinies tant la liste de services et d’applications est longue. A vous de les tester !

  • Oculus Rift sonnera-t-il le glas ou la résurrection de la 3D ?

    Oculus Rift sonnera-t-il le glas ou la résurrection de la 3D ?

    La grand-messe du Consumer Electronics Show (CES) de Los Angeles a été marquée par la quasi-disparition de la 3D.

    Les fabricants de téléviseurs dernier-cri n’ont vanté que des technologies existantes, en particulier l’affichage à diodes électroluminescentes (Oled) et les écrans pliables. La seule vraie nouveauté du CES 2013 n’était pas encore tout à fait prête. Nul doute qu’elle pourrait devenir l’attraction phare du CES en janvier 2014. Cette attraction, c’est la technologie Oculus Rift, dont le prototype actuel permet déjà une immersion à 360 degrés, susceptible de bluffer n’importe quel gamer.

    Concrètement, Oculus Rift se compose de deux viseurs de 640 x 800 pixels chacun, reliés à un boîtier de contrôle et de connectique. L’appareil ressemble à une paire de jumelles avec casque de skieur, le tout bricolé par Géo Trouvetou. L’ensemble pèche encore par manque de résolution, par excès de décalage et de latence, mais aussi par un côté artisanal. De fait, Oculus Rift était censé à l’origine n’être vendu que comme kit de bricolage pour intégrateurs. Le concepteur de l’engin aura juste eu la bonne idée de prêter son prototype à un ami, qui a aussitôt déclenché un buzz planétaire. Le coup de chance. Logique, puisque le fondateur d’Oculus Rift s’appelle Palmer Luckey (ou Chanceux en français).

    La technologie Oculus Rift va-t-elle apporter plus aux PC que la 3D aux téléviseurs ? Une chose est sûre, absolument aucun fabricant de téléviseurs n’a insisté sur son offre 3D au CES. Même le patron de Sony, d’ordinaire si prompt à parler matériel, est resté muet sur la question. Des prévisionnistes suggèrent toutefois que les technologies 3D et Oculus Rift pourraient fort bien s’unir pour enfanter une nouvelle révolution, avec un enfant dont les performances dépasseraient celles de ses deux parents.

    La démo :

    via The Verge

  • Swizzle, le service qui allège votre messagerie

    Swizzle, le service qui allège votre messagerie

    Alors que votre boite mail déborde de mails commerciaux, newsletters et autres offres promotionnelles, Swizzle peut vous aider à faire le ménage.

    Comment ça marche ?

    Après avoir connecté son compte mail et donné l’accès à Swizzle, celui-ci lance un scan de votre boite mail. Le service fonctionne pour l’instant avec Yahoo, Gmail, Google Apps, Mac.com / Me.com et AOL Mail. Pour que le service reste sécurisé, Swizzle a recours à plusieurs moyens :
    – Le protocole OAuth qui permet l’authentification à une API sécurisée sans que Swizzle ait accès aux mots de passe.
    – L’adresse mail, l’identifiant et toute autre information ne sont pas conservés par Swizzle
    – La communication entre les serveurs de Swizzle et ceux des fournisseurs emails est encryptée.
    – Enfin, l’autorisation d’accès n’est valable qu’une fois.

    Une fois le scan terminé, le gestionnaire liste tous les mails commerciaux reçus (classés par expéditeur) et vous permet de vous désabonner de la newsletter/mail promotionnel avec en outre la possibilité d’effacer l’ensemble des mails de l’expéditeur concerné ou de l’ajouter au Daily Digest (ou de ne rien faire, évidemment).

    Le Daily Digest est un mail récapitulatif incluant tous les mails promotionnels précédemment cochés dans le gestionnaire. Vous pouvez choisir de recevoir ce mail une fois par jour ou par semaine, le matin, le midi ou le soir. Au lieu de recevoir 10 mails, vous n’en recevez qu’un !

    Enfin, vous pouvez ajouter, via The Swizzle Gallery, d’autres newsletters ou mails commerciaux dans votre Daily Digest. La liste non exhaustive propose près de 1200 marques et magasins (Clinique, American Apparel, Apple, Gucci…).

    Et voilà votre boîte mail plus légère !

  • Actus géolocalisées : SPUN, l’application iPhone à ne pas manquer

    Actus géolocalisées : SPUN, l’application iPhone à ne pas manquer

    Internautes, vous ressentez une légère frustration face aux manques d’informations concernant votre ville ou votre région? L’une des réponses pourrait venir des États-Unis avec l’application iPhone, SPUN, qui s’appuie sur les outils de géolocalisation de nos smartphones pour proposer des actualités “locales”.

    Développée par les créateurs de Broadcastr, SPUN sélectionne au sein de centaines de magazines, journaux, les actualités en lien avec le lieu de connexion de l’utilisateur.

    « Trouver des informations locales est une tâche très chronophage », selon SPUN qui souhaite s’imposer sur le secteur des informations “localisées”.

    Lancée fin novembre, l’application est pour le moment disponible aux Etats-Unis dans les villes de New York, Boston, Philadelphie, Miami, Chicago, San Francisco, Los Angeles, Austin, Portland et Seattle.

    Pour finir, ne manquez pas de consulter la vidéo ci-dessous, l’interface de SPUN vaut le détour…

  • Zeen ou la tendance des magazines virtuels personnalisés

    Zeen ou la tendance des magazines virtuels personnalisés

    On l’a constaté avec Visual.ly, la visualisation des informations se démocratise. Ajoutés aux tendances de curation et de partage, les magazines virtuels font leur apparition.

    Ces magazines d’un genre nouveau, avec en tête de proue, Zeen et Paper.li, permettent aux utilisateurs de créer des magazines en ligne visuels et personnalisés. Tout le monde, ou presque, peut dorénavant s’improviser rédacteur en chef en relayant les informations de son choix.

    Zeen a été lancé  par la société AVOS, détenue par les créateurs de Youtube, Chad Hurley et Steve Chen. AVOS a récemment racheté Delicious, le site web social de bookmarklet qui facilite le partage d’informations.

    Comment ça marche ?

    Après s’être inscrit en ligne (via un compte utilisateur, Facebook ou Twitter), l’utilisateur peut se lancer en choisissant son style, le titre, la police et les images (Cover).

    Plusieurs modules permettent d’ajouter du contenu (photos Instagram, Twitter, RSS feeds) directement depuis le site ou via un bookmarklet.

    Encore en version Beta à l’heure actuelle et sans véritable mode d’emploi, le site gagnerait à être plus lisible et plus ergonomique. Par ailleurs, le bookmark de Zeen ne semble pas encore optimisé pour tous les navigateurs.

    Zeen reste toutefois un site intéressant grâce à une mise en forme de l’information, plus visuelle, souple et accessible à tous.

    Via The Next Web.

  • Tendances 2013 : panorama des principales prédictions

    Tendances 2013 : panorama des principales prédictions

    Les fêtes de fin d’années approchent et le « jeu des tendances 2013 » est pleinement lancé. IBM, Ericsson, Gartner, tous y vont de leurs « prédictions » que nous ne manquerons de guetter avec attention. Voici un panorama des tendances 2013…

    Tendances Consommation : ConsumerLab d’Ericsson

    1/ La dépendance au cloud modifie les besoins en matière d’équipement
    2/ La dispersion de l’expérience technologique
    3/ Les abonnements privés haut débit sont de plus en plus utilisés au travail
    4/Les citadins utilisent sans cesse leur mobile
    5/ La confiance dans les réseaux sociaux personnels
    6/ Les femmes 1ères utilisatrices des smartphones
    7/ Les villes deviennent des plaques tournantes pour la créativité sociale*8. Le shopping « in line »
    8/ Le shopping « in line »
    9/ La télévision devient « sociale »
    10/ L’enseignement se transforme
    Consulter l’étude en cliquant ici
    Source : blog-ericssonfrance.com

    Tendances Consommation : Trend Watching

    1/ Presumers & custowners
    2/ Emerging
    3/ Mobile moments
    4/ New life inside
    5/ Appscriptions
    6/ Celebration nation
    7/ Data myning
    8/ Again made here
    9/ Full frontal
    10/ Demanding brands
    11/ More-ISM
    Lire le dossier en cliquant ici
    Source : trendwatching.com

    Tendances IT : Le Monde Informatique

    1/ Virtualisation de réseau, le SDN bientôt mature
    2/ La 4G dans les starting-blocks
    3/ La mobilité au service de tous les métiers
    4/ L’Open Data : une mine d’or d’informations
    5/ Menaces réelles sur les systèmes industriels de plus en plus connectés
    6/ La bataille des OS mobiles autour des tablettes
    7/ Big data : un traitement nécessaire en temps réel
    8/ Stockage : vers des baies tout flash
    9/ La DSI, une entité de plus en plus autonome
    10/ La mainmise du GPU sur le CPU ?
    11/ La démocratisation des « Print Services »
    12/ La frénésie autour des app store en entreprise
    Lire le dossier en cliquant ici

    Tendances IT : Gartner

    1/ La bataille des mobiles
    2/ HTML5 ne sera pas seul
    3/ Le cloud pour les particuliers
    4/ Des App Store en entreprises
    5/ L’internet des objets
    6/ L’IT Hybride et le cloud
    7/ Le big data stratégique
    8/ L’analytique immédiatement disponible
    9/ In memory computing
    10/ Des éco-systèmes intégrés
    Voir le webinar (inscription nécessaire) en cliquant ici.

    Source : distributique.com

    Pour finir, IBM et ses 5 innovations qui changeront nos vies au cours des 5 prochaines années

    1/ Le toucher : notre téléphone pourra reproduire la sensation du toucher

    2/ La vue : les ordinateurs seront capables d’analyser le contenu d’une image

    3/ L’ouïe : les ordinateurs pourront distinguer et interpréter tout type d’éléments sonores

    4/ Le goût : les ordinateurs nous permettront de vivre des expériences culinaires inédites

    5/ L’odorat : les ordinateurs développeront un sens aigü de l’odorat

    Lire le rapport complet en cliquant ici
    Source : solutions-logiciels.com

  • Le grand retour du “gif animé”

    Le grand retour du “gif animé”

    Qui a dit que le GIF était dépassé? Après avoir connu le succès dans les années 90, avoir été ringardisé aux débuts des années 2000, le GIF animé est redevenu un outil prisé par les journalistes pour mettre en scène leurs informations. Pourquoi cet intérêt ? Pour Scott Lamb, le directeur éditorial de Buzzfeed, site spécialisé sur internet aux Etats-Unis “c’est une façon très rapide de raconter une histoire. Les gifs animés sont très simples à utiliser et à partager”.

    Scott Lamb a d’ailleurs profité d’une récente conférence qui s’est tenue à Sciences Po sur les nouvelles pratiques du journalisme pour ajouter: “c’est assez facile d’apprendre à les faire. En moyenne, il faut compter une demi-heure pour en réaliser un, une fois que l’on maîtrise les outils. Notre objectif est que tout le monde sache en faire chez Buzzfeed très bientôt”.

    Des dernières élections américaines à celles plus récentes de l’UMP, le GIF animé a envahi les sites d’informations. Puisque certaines images valent de longs discours, voici quelques exemples !

    Note: Pour ceux qui douteraient encore de cette nouvelle notoriété du GIF animé, le mot “gif” vient d’être élu mot de l’année aux Etats-Unis par les éditions Oxford University Press …

    Pendant les élections américaines:

    Slate.fr et la crise à l’UMP… : Quand tu es militant UMP et que tu apprends qu’il va falloir… revoter

    The Atlantic Wire et les Jeux Olympiques :

    Crédits photo : rezonances.blog.lemonde.fr

  • La data visualization se monétise avec Visual.ly

    La data visualization se monétise avec Visual.ly

    La data visualization et en particulier les infographies sont de plus en plus plébiscitées et pour cause, la présence de visuels peut apporter jusqu’à 30 % de trafic supplémentaire sur un site. En effet, à l’heure de l’infobésité (surcharge d’information), il est naturel de préférer une illustration colorée et simplifiée à une page de texte parsemée de chiffres, statistiques et analyses. Plus facile à lire et surtout à partager, les infographies ont la cote.

    Créé à la suite de ce constat, Visual.ly met en relation des infographistes avec des utilisateurs souhaitant mettre visuellement en forme leurs données via des infographies.

    Depuis sa création en 2011, le site a réussi à regrouper près de 35 000 infographistes, des milliers de journalistes et d’analystes spécialisés dans le traitement des données et reçoit en moyenne près de 2 millions de visiteurs par mois.

    Visual.ly est allé plus loin en lançant la Marketplace. La Marketplace de Visual.ly regroupe une solution de ecommerce et la gestion de projets en une seule plateforme. Au-delà de la création de visuels, la plateforme permet également de diffuser et de partager au plus grand nombre l’infographie.

    Cette plateforme s’adresse aussi bien à des entreprises, des marques qu’à des agences et leur offre une solution clé en main en les mettant en relation avec une équipe composée d’un chargé de marketing, d’un spécialiste des données (informaticien) et d’un designer.

    Les parties prenantes peuvent communiquer, échanger, évaluer l’évolution du projet via le Project Center de Visual.ly.

    Voir la vidéo :

    Visual.ly Marketplace from visually on Vimeo.

    Pour voir des exemples, cliquer ici.

    Crédit Photo : Visual.ly

  • La recette gagnante du « mook » n’existe pas encore

    La recette gagnante du « mook » n’existe pas encore

    Depuis le succès de XXI, créé il y a cinq ans par Patrick de Saint-Exupéry et Laurent Beccaria, il en sort de nouveaux quasiment tous les mois. Des généralistes (XXI, 6 Mois, Feuilleton), des futuristes (Usbek & Rica, We demain), des thématiques (Crimes et châtiments sur les faits divers, Rukh sur le monde arabe, Macrocosme sur les sciences), des décalés (Schnock, Charles, Le Tigre), des littéraires (Alibi sur le polar, Le Believer), etc.

    Un point commun, pourtant : le « mook », mi-journal mi-bouquin – car « mook » est la contraction de « magazine » et de « book » – parie sur le bon vieux papier et sur la qualité du contenu. Contre le web et l’info zapping ? Pourquoi pas. XXI se vend en tout cas chaque trimestre à plus de 30 000 exemplaires. Avec des grands noms de la littérature ou du journalisme, et un traitement éditorial très visuel et décalé (BD-reportages, portfolios, etc.). Et en allant chercher ses lecteurs non plus seulement en kiosque, mais aussi en librairie.

    Economiquement, certains mooks n’ont pourtant pas survécu à leur premier ou deuxième numéro. « Je ne crois pas qu’il y ait un vrai marché, estime Jérôme Ruskin. Pour moi, XXI est un accident industriel. Mais il n’y a pas de place en librairie pour vingt mooks. Nous avons donc baissé la pagination et le prix d’Usbek et Rica, qui se vend aujourd’hui en kiosques. C’est aussi plus cohérent avec notre projet de départ : on ne démocratise pas les grandes questions de société dans des ouvrages vendus 15 euros en librairie. »

    En somme, il n’y a pas vraiment de règle. Muze montre par exemple l’inverse d’Usbek et Rica (échec en magazine, succès dans sa version mook). Le mensuel Rue 89 (déclinaison du site) a dû arrêter les frais après 18 mois, alors que le 1er numéro de France Culture papiers s’est vendu à 35 000 exemplaires. Le modèle se cherche encore. Ce qui signifie que de nouveaux titres vont apparaître. En août, L’Express Roularta a lancé Long Cours, un trimestriel de grands reportages. Desports sera lancé en janvier prochain avec le soutien de Pierre Bergé.

    Source: Telerama

    Crédits photo: tribune.menlook.com, journalisme.univ-tours.fr

  • Truth Goggles vérifie les déclarations politiques contenues dans un article

    Truth Goggles vérifie les déclarations politiques contenues dans un article

    Le “véritomètre” conçu par Dan Schultz’s fonctionne, mais beaucoup d’impasses techniques demeurent – beaucoup d’impasses humaines aussi – avant d’en faire un produit fiable pour le grand public.

    « Le taux de chômage des Hispaniques et des Latinos est passé de 10 à 10,3% entre janvier 2009 et mars 2012 ». Vrai ou faux ? (Attention : interdiction d’aller vérifier sur Google !) Et si on vous dit maintenant que c’est Barack Obama qui a prononcé cette phrase, la croyez-vous davantage que si on l’attribue à Mitt Romney ?
    Pour savoir ce qu’il en est, allez sur Truth Goggles. Cliquez sur le texte surligné et vous verrez que le site PolitiFact considère l’annonce (qu’on doit dans les faits à Mitt Romney) comme « plutôt fausse ». Certes, le taux de chômage des Hispaniques et des Latinos progresse sur la période évoquée ; mais si l’on prend comme   base de calcul le premier mois d’exercice de Barack Obama à la Maison Blanche, c’est-à-dire celui de février 2009, les chiffres sont… en baisse.

    Imaginons que chaque annonce factuelle de ce type soit ainsi surlignée et cliquable dans les articles en ligne — répertoriée comme vraie, fausse, ou autre. L’écart entre consommation et rectification d’informations erronées se réduirait alors à zéro. C’est l’objectif de Truth Goggles, un logiciel créé par Dan Schultz dans le cadre d’une thèse au MIT Media Lab. Il s’appuie sur PolitiFact, une base de données qui regroupe à l’heure actuelle plus de 5 500 déclarations factuelles. Dès que, dans un article de presse, une phrase correspond à l’une de celles répertoriées par PolitiFact, Truth Goggles la surligne pour qu’on puisse se reporter aux faits réels.

    Le code du programme est absolument libre et consultable sur GitHub. Mais le chantier est encore immense pour que Truth Goggles devienne une ressource utilisable par tout le monde.

    1. La détection des paraphrases
    Le plus gros problème de Truth Goggles, c’est qu’il ne détecte dans les articles de presse que les énoncés qui correspondent exactement à ceux classés dans PolitiFact. En clair, pour revenir à l’information du début de cet article, si un journaliste écrit : « Selon Romney, le chômage des hispaniques est passé de 10 à 10,3% depuis que le président Obama a pris ses fonctions », la phrase passera inaperçue. C’est un peu le Saint-Graal des robots de reconnaissance d’informations, résume Schultz. Pour parvenir à repérer ces petites différences et à les compter comme pertinentes, il faudrait plus ou moins penser en langage naturel, c’est-à-dire comme un humain. Or le chemin à parcourir dans ce sens est encore long.

    2. L’échelle
    Truth Goggles se limite aux énoncés recensés et appréciés par PolitiFact. C’est déjà considérable, mais très loin de l’ensemble des déclarations que produisent les hommes politiques. En reliant aussi TrutGoggles à FactCheck.org et Snopes, on atteindrait ainsi les 15 000 énoncés. Encore insuffisant pour prétendre à une pertinence réelle : même avec un tel nombre de faits répertoriés, le lecteur ne verrait que très rarement ses articles surlignés.
    Le problème, en l’occurrence, c’est qu’il faut parfois des jours et des jours pour vérifier une information. Et le temps que PolitiFact le fasse, l’info est parfois périmée. Ou bien elle n’existe que sur support vidéo. Ou bien elle n’est pas reprise du tout, etc.

    Pour en savoir plus sur ce sujet:
    Are you sure that’s true? Truth Goggles tackles fishy claims at the moment of consumption
    Study Results Show Truth Goggles Helps Combat Misinformation

Back to top